#Dietetics – a « ping-pong » effect rather than « yo-yo » dieting

Let’s approach the body/mind system rather than the weight/mind system: Weight is a complex and insufficient measure giving only a partial – not to say inaccurate – information on the functioning of the body. A single example: in a situation of obesity, it is not rare to note a state of protein-energy malnutrition while the indicated weight is excessive. An analysis focusing on the weight only will not allow an understanding of the functioning of the body.

This is the major mistake frequently made by countless people. The body, this machine, is rooted into a « living system » interacting with a mind. It is necessary to visualise it in this unpredictable dynamic, in the sense that reactions can vary in spite of identical food intakes. For a fair amount of years, we’ve been hearing about diets and quite recently about emotions that have a yo-yo effect on the weight. This little toy, of which over 30s – who probably have fiddled with it – will remember as attached to the body (by the finger) with a string. They are therefore not separated but linked. That’s why I propose considering things in a different way with the idea of « the ping-pong effect », exposing the interaction body/mind rather than weight/mind.

By this, I want to express that there is a back-and-forth motion between the body (organic matter) and the mind. Regarding the body, traditional medicine, understanding its functioning, is able to repair it, and sometimes even to improve it. Regarding the mind, psychology can ease the suffering from the history of the subject. One does not go without the other, and it would even be dangerous to look at the system from only one side of the ping-pong table.

Indeed, when facing a difficult life situation, my eating habits can be disturbed. In both cases, the body will bear the impact of this new eating pattern. For those who tend to eat less, the body enters a state of malnourishment, resulting in sleeping issues, exhaustion, transit disorder, a tendency towards depression, brittle nails, hair loss and even sometimes cravings caused by hypoglycaemia. For those who tend to eat more, the body will also bear the effects of overeating, mainly including weight gain, gastritis, gastroesophageal reflux, sleeping issues, and other symptoms.

So we can observe the effects of psychological suffering on dietary habits, which, in return, generates for the body a specific way of functioning. This will have an impact on the food intake. We are then facing a « ping-pong effect » that sometimes originates in the functioning of the body and some other times in the suffering. Regarding the topic of weight loss, the ping-pong system is identical. According to the popular belief, in order to lose 1kg, the energy reduction must be of 300kCal (if not more), without taking the consumed food level into account. This reduction occasions a functioning of the body triggering an increase in thoughts about food. For those who add a physical activity, the energy deficiency can reach 500kCal, generating sugar cravings in addition to the food fixation. To conclude,(read the explanation in the book to be published) both aspects must be addressed jointly to limit this « ping-pong » phenomenon and isolate the organic cause or the psychological cause in order to treat the issue the best way possible.

 

trad. E. G.

#diététique – un effet « ping-pong » plutôt que du régime « yo-yo »

Approchons le système corps/esprit plutôt que le système poids/esprit : le poids est une mesure complexe et insuffisante donnant des informations que partielles voire erronées sur le fonctionnement du corps. Un seul exemple, dans une situation d’obésité, il est fréquent de trouver un état de dénutrition protidique alors que le poids nous affiche un excédent. Une lecture uniquement focalisée sur le poids ne vous permettra pas de comprendre le fonctionnement du corps. C’est ici l’erreur majeure réalisée au quotidien par de nombreuses personnes.

Le corps, cette machine, est ancré dans un « vivant » qui interagit avec un esprit, il nous est nécessaire de le penser dans cette dynamique d’imprévisibilité, au sens que les réactions peuvent être variables malgré les mêmes prises alimentaires.

Depuis de nombreuses années, nous entendons parler des régimes et depuis peu des émotions qui entraînent un effet yo-yo sur le poids. Ce petit objet d’amusement, dont les plus de 30 ans ont certainement joués avec, se rappellent que le corps (par le doigt) est relié au yo-yo par un fil. Ils ne sont donc pas séparés mais liés. Le corps et l’objet sont en lien. À un poids haut ou bas, ils sont toujours liés. C’est pour cela que je propose de concevoir les choses de manière différente avec l’idée de « l’effet ping-pong » proposant l’interaction corps/esprit et non poids/esprit.

Je veux exprimer par là, qu’il existe un aller-retour entre le corps (matière vivante) et l’esprit. Dans le corps, la médecine traditionnelle comprenant son fonctionnement peut le réparer et parfois l’améliorer et grâce à la psychologie soulage des souffrances vécues dans l’histoire du sujet. L’un ne va pas sans l’autre et il serait même dangereux de ne voir le système que d’un côté de la table de ping-pong. En effet, face à une situation de vie difficile, mes envies de manger, de me nourrir peuvent être perturbées. Dans les deux cas, le corps va subir l’impact de ce nouveau mode alimentaire.

Pour ceux qui ont tendance à moins manger, le corps entraîne en dénutrition provoquant des troubles du sommeil, de la fatigue, un trouble du transit intestinal, une tendance à la déprime, les ongles cassants, perte de cheveux et parfois des pulsions vers des aliments provoquées par l’hypoglycémie.

Pour ceux qui ont tendance à plus manger, là aussi le corps va subir l’effet de l’alimentation excessive avec principalement une prise de poids, des gastrites, des reflux gastro-oesophagien, des troubles du sommeil et d’autres symptômes.

On observe donc les effets de la souffrance psychologique sur l’alimentation qui en retour génère un mode de fonctionne spécifique sur le corps qui va générer un impact sur le mode alimentaire. Nous sommes donc face à un effet « ping-pong » qui prend parfois naissance dans le fonctionnement du corps et d’autrefois dans la souffrance.

Dans la problématique de perte de poids, le système « ping-pong » est identique. Dans l’imaginaire contemporain pour perdre 1kg, la diminution énergétique est proche de -300kCal, voire plus, sans tenir compte du niveau alimentaire consommé. Cette diminution trop forte entraîne donc un fonctionnement dans le corps générant l’augmentation des pensées sur la nourriture. Pour ceux qui ajoutent le sport l’écart énergétique devient -500kCal créant ainsi des pulsions de sucrées en plus des pensées dirigées vers la nourriture.

Pour conclure (à lire l’explication dans le livre à paraître) les deux aspects doivent être traités et de manière conjointe pour limiter ce phénomène de « ping-pong » et isoler la cause organique ou la cause psy pour mieux traiter la problématique.

How to properly interpret your weighing?

This question is worth to be asked. Most of you will use the scales to define what food intakeand mood they’ll have along the day.

This figure will hit you as soon as you go on your scales!

Here are some advice to avoid such mistakes:

Regarding the scales ‘sideit’s necessary to adjust the scales from time to time. Take a 1kgweight and look at the difference on the scales each week and adjust. All machines can easily disrupt. The more often you weigh, the greater the margin for error.

Regarding the scales ‘side again, take a level (you know the one with the little bubble of water inside) and check the floor level. The inclination of the ground will cause a variation on the level/scales.

Still regarding the scales ‘side, put your feet precisely on the scales, not too much ahead or back, don’t lean too much or the figure will vary.

Regarding the human’s body sideweigh the total of your food intake of the day beforeeating. Do the same with your drinks. Then, weigh everything that goes out your body, I mean your stools and your water losses, sweat… (How? I don ’t really know).

Weighing on an empty stomach? The expression means “without having eaten anything”. But we can weigh after eating and drinking. You just have to deduct the weight of your intakes.

From there it’s possible to have a good analysis of the weight on the scales. Many parameters vary the weight on the scales, sometimes up to 500 grams or more.

But what doesn’t say your scales? … You may see “a perfect weight” in your ideal. It’s not a problem except if you refuse to eat the energy needed for a proper body functioning (one of the criteria for anorexia nervosa). Because the scale won’t tell you your body’s energy requirements. Neither let you know about your hunger sensations or satiation. (Weight-based health surveys are not realistic as you may consciously eat under your needs or even in an anarchic way)

The weight is a characteristic of the body not its value. To weigh is like: to take only one characteristic of your body into account and not your entire body and that leads to misunderstandings on the needs that make your body work properly.

Your body is « alive » and everything that’s alive varies. The unstable tends towards stability”.

Metabolism (anabolism and catabolism) says the construction and destruction phenomenonthat varies on the body rhythm. The body grows, aged and the linear reading of metabolism is not possible.

Contemporary ideologies make it difficult to understandThey simplify each natural phenomenon to make it understandable but also to point a guilty. The weight as the basic metabolism is still understood those days like the old concept of the “human = machine” and so intake/loss.

How many times have you heard about your body functioning with fuel like a car? If the tank’s capacity is 50L, the body sometimes needs a full tank to be functional!

To finish with guilt about your weight, one thing but difficult to do: change your means of reference and don’t weigh anymore!

Not to not see the figure on the scale but only not to interpret your body functioning only because of what you see on the scales (pay attention: some variation may inform you of some body dysfunction).

Move from weight to body, from inertia to life. It is no longer a question of seeing the consequences but the proper functioning.

So when you are eating, you make your body work and it’s no consequence on your weight.

By coming back to the interpretation of your sensations and by knowing your proper needs, you’ll be able to get free from that weight problem!

 Traduit par Nathalie Decoo de l’association Belge des troubles alimentaires

Comment réaliser une bonne pesée pour une bonne interprétation du poids ?

Cette question mérite d’être posée, car nombreux d’entre nous, vont utiliser cet objet pour conditionner, régir leurs prises alimentaires dans une journée et subir une variation de leurs humeurs.

Il faut dire, que le chiffre s’affichant dans le petit encadré ou énoncé vient nous percuter dès nos pieds posés sur la machine.

Pour éviter toutes sources d’erreurs voici quelques conseils simples avant de vous peser :

  • Côté balance, il est nécessaire de rappeler une mise à jour de la tare régulière. Prenez un poids de 1kg et toute les semaines corrigez les écarts du chiffre affiché ou annoncé. Toutes les machines se dérèglent facilement  et plus les pesées sont régulières plus la marge d’erreur apparaît.
  • Côté balance, munissez vous d’un niveau à bulle d’eau et vérifiez votre sol. Reposant sur 4 plots, une inclinaison particulière de votre sol entraînera une variation du poids sur la balance.
  • Côté balance, positionnez bien vos pieds sur la balance, car des pieds trop en avant ou arrière, comme le corps légèrement penché va entraîner là une lecture erronée.
  • Côté corps humain, quantifiez en poids toutes vos prises alimentaires de la journée précédente. Il en sera de même pour les boissons. Puis, la pesée de toutes les sorties devront elles aussi mesurées, donc pesez vos selles et vos dépenses en eau (pour cela je ne sais pas comment…).
  • Se peser à jeun ? L’expression veut dire sans avoir manger précisément. Mais nous pouvons nous peser après avoir mangé et bu, il vous suffira de déduire le poids de vos consommations.

De ce constat, il est impossible d’avoir une lecture précise de la mesure du poids. Les paramètres faisant varier le poids sont trop nombreux et peuvent donner une variation de plus de 500gr sur la balance.

Il est plus à noter ce que ne dit pas la balance… On peut, certes avoir un poids parfait, dans notre idéal, qui n’est pas du tout un problème sauf si vous refusez de consommez les besoins énergétiques pour votre bon fonctionnement du corps (un des critères de l’anorexie mentale). Car en effet, la balance ne permet pas d’évaluer les besoins énergétiques dont de fonctionnement d’un corps, ni de vous faire percevoir la sensation de faim ou de rassasiement. (Il est encore drôle d’observer les derniers résultats d’enquête de santé se basant sur une évaluation du poids puisque au poids idéal je peux consciemment manger en dessous de mes besoins voir anarchique).

Ces valeurs relèvent du corps alors que le poids est une caractéristique du corps. Se peser revient à retenir qu’une caractéristique physique du corps et non le corps conduisant à des interprétations fausses des résultats pour faire fonctionner le corps.

Il est à distinguer que le corps est de l’ordre du vivant, c’est à dire de « l’instable qui tend toujours vers du stable ». Le métabolisme, qui recouvre l’anabolisme comme le catabolisme, exprime le phénomène de construction et destruction qui se joue au rythme du corps. Le corps grandit, vieillit au fil du temps entraînant une impossible lecture linéaire du métabolisme.

Certes ce concept nous est difficile à concevoir dans des idéologies contemporaines simplifiant tout phénomène naturel pour le rendre accessible et compréhensible, simplement pour afficher le coupable. Le poids comme le métabolisme de base sont encore vus aujourd’hui par ce vieux concept de l’homme équivalent à une machine le système « entrée/sortie ». Combien de fois avez-vous entendu que le corps est comme une voiture qui a besoin d’essence pour fonctionner? Si la capacité du réservoir est de 50L, le corps a parfois pas besoin d’avoir le réservoir totalement plein pour fonctionner d’autres fois oui.

Alors pour sortir de la culpabilité concernant le poids, une seule chose simple mais difficile est à faire : changer de référentiel et bien sûr ne plus vous peser. Ne plus se peser non pas pour ne pas voir ou voir le chiffre mais comme le fait que l’on ne peut pas interpréter tout le fonctionnement du corps par la balance (attention dans certains cas, la variation de poids peut nous indiquer un dysfonctionnement du corps). Passer du poids au corps, soit de l’inerte au vivant. En effet, le raisonnement n’est plus de l’ordre de la conséquence mais du fonctionnement. Ainsi quand vous mangez, vous allez imprégner au corps un fonctionnement et non une conséquence sur le poids.

C’est ainsi, par la non pesée et en revenant sur l’interprétation des sensations et en connaissant les besoins que vous allez pouvoir vous dégager de la problématique poids.

 

J’ai toujours aimé le jeu de mot « pèse-personne » !🙂

Healing anorexia

« In the time of the refeeding »

Anorexia nervosa is an eating disorder listed in the DSM-V with bulimia. These eating disorders are called « pure syndrome ». They affect respectively 1% and 5% of the French population.

Anorexia is a disorder that will require a lot of care; multidisciplinary care to reach a possible healing that will in most situations be reality. Even if a full healing wouldn’t be possible, care and improving quality of life will always be possible (take for example diabete type 1!). It’s important to remember that healing is possible  so to stay in the care continuity.

I propose here an analogy between care and functional rehabilitation type of care practiced by physical therapists.

Indeed, after an injury, all the rehabilitation work will be to strengthen muscles around the affected joint while trying to overcome pain (you know when the physical therapist insists on that point and that we suffer). It is important to do this regularly to avoid sclerosis of the joint, resulting in loss of suppleness and flexibility.

 

That is why it is important to confront the pain, the pain that can be felt in the stomach after an increase in food intake, accompanied by the weight gain anguish. It is necessary to go to the pain and then overcome it!  It is important to act as quickly as possible otherwise the suffering person will lose any possibility of food enlargement.

 

Sometimes the pain is so difficult to overcome (weight gain fear after eating starchy foods such carbohydrates) that healing can no longer be achieved at home as outpatient but only in hospital. The role of caregivers will be to accompany this fear on a daily basis / the pain caused by increased food intake, not only to put on weight but to limit the risk of “sclerosis eating” and feed the malnourished body. And indeed, most we come late, more adhesions (hear them eating rigidities) are important and difficult to overcome.

 

Healing anorexia nervosa is identical to this type of rehabilitation. We will have to confront the pain and go beyond, confront the pain to avoid the risk of “freezing” the disease in its rigidity.

 

The care in anorexia will respect temporality and pain, a time to overcome it and a time to breathe back. Here’s how you can slowly overcome an eating disorder, because the first thing is to fight tiredness generated by the lack of food energy in the body.  And remember: body is not the weight, the weight being a characteristic of the non-significant body.

Caregivers will always take care of the body not the weight, healing is for body not for weight.

 

By Nicolas Sahuc (France)

Translate by Nathalie Decoo from Anorexie Boulimie Ensemble (Belgium)

« Dans le pratique du régime il y a la perte du sensible » – Courte réflexion sur la perte de poids

Tout article souffre d’un manque de lenteur à sa lecture. Oui à l’éloge de la lenteur dans la lecture d’un article pour en comprendre toutes les nuances, car elles sont nombreuses, cachées, métaphoriques,… « Voilà pourquoi on ne court pas dans un bois pour ramasser des cèpes, on marche pour les dénicher ».

« Pour bien agir il faut savoir agir à propos. » M. de Montaigne

Cette formulation vous correspond totalement si vous voulez « perdre du poids » . Vouloir perdre du poids est un désir parfois logique et/ou nécessaire mais partir bille-en-tête pour plonger dans la solution « régime » n’est pas agir à propos.
Dans la pratique du régime, le corps lui-même est oublié, réduit à une « matière inerte »  soumis désormais aux lois de la mécanique. Le monde du sensible disparaît.
Il n’est plus compris par ses rythmes, ses variations fines (par exemple de la faim, ses surprises de rassasiement) mais seulement au travers d’une relation de « cause à effets » alimentation sur le poids. Le fonctionnement est réduit par une réflexion mathématique, ne pouvant laisser une place à l’imprévisible, au surprenant : «  je pensais avoir faim à 12h et je n’ai pas ressenti cette faim mais je dois manger quand même ».
Il est urgent de vivre le rythme corps, ce rythme du vivant qui n’est pas soumis à ce raisonnement mathématique mais à l’analyse dite synthétiques. C’est seulement ainsi que vous ne allez pouvoir retrouver votre forme physique. La réflexion sur votre l’alimentation demande à épouser les formes spécifiques du rythme de votre corps afin d’obtenir un mouvement synchrone. De-là pourra naître un champ du possible vous conduisant à une alimentation sans culpabilité.
Seulement dans ce contexte une non contrainte dans le corps sera possible et le poids pourra suivre.
Je tiens à mettre en garde face aux adaptations du corps. Sans prises alimentaires suffisantes le corps se met dans une « veille » conduisant au phénomène suivant de ne plus ressentir la faim.
Cet article ne remplace pas une évaluation par un professionnel de santé de votre situation, il est écrit dans un but de critique et de réflexion pour mieux appréhender la pratique des patients ainsi que des professionnels. 

Soigner dans un trouble alimentaire de type anorexie mentale

L’anorexie mentale est un des troubles alimentaires que répertorie le DSM-V avec la boulimie. Ces troubles alimentaires sont dits « syndrome pur ». Ils touchent 1% et 5% de la population française respectivement.

C’est un trouble qui va demander beaucoup de soins, de type pluridisciplinaire, pour atteindre une possible guérison qui sera dans la majeure partie des situations la réalité. Quand bien même si la guérison n’est pas ou plus possible, les soins et l’amélioration de la qualité de vie seront toujours réalisables (prenez l’exemple sur le diabète de type I)! Il est important de le rappeler tant l’impossible idée de guérison qui dominer  la pensée vient empêcher des soins quotidien.

Je vous propose dans cet article une petite analogie soin avec le soin de type rééducation fonctionnelle pratiqué par les kinésithérapeutes.

En effet, après une blessure, tout le travail de rééducation va être de renforcer dans un premier temps la musculature autour de l’articulation touchée tout en essayant de dépasser la douleur (vous savez quand il appuie et que nous souffrons). Il est important d’agir régulièrement sur cette douleur pour éviter toute sclérose de l’articulation, entraînant une perte de souplesse et de flexibilité.

Voilà pourquoi il est important de se confronter à la douleur, souvent celles que l’on peut ressentir  dans l’estomac après une augmentation des prises alimentaires, tout comme l’angoisse d’une prise de poids, issue du mécanisme de la maladie. Il est nécessaire d’aller jusqu’à la douleur et puis de la dépasser! Il est important d’agir le plus rapidement possible sans quoi la maladie fera perdre toute possibilité d’élargissement alimentaire.

Parfois la douleur sera tellement difficile à dépasser (peur de la prise de poids après avoir consommer des féculents par exemple) qu’augmenter ne pourra plus se réaliser à la maison/en ambulatoire mais seulement en clinique. Le rôle des soignants sera donc d’accompagner de manière quotidienne cette peur/douleur occasionnée par l’augmentation des prises alimentaires, non pas que pour grossir mais pour limiter les risques de sclérose du comportement alimentaire et nourrir le corps dénutri. Et en effet, plus nous intervenons tardivement, plus les adhérences (entendre les rigidités du comportement alimentaire) sont importantes et donc difficiles à dépasser.

Le soin concernant l’anorexie mentale est identique à ce type de rééducation. Il va falloir se confronter à la douleur et la dépasser, s’y confronter pour éviter le risque d’installer la maladie dans sa rigidité.

Le soin dans l’anorexie va respecter une temporalité et une accommodation à la douleur, un temps pour la dépasser et un temps pour souffler. Voilà comment doucement on peut sortir de ce trouble alimentaire sur le plan alimentaire, car la première des choses à lutter est la fatigue générée par l’absence d’énergie alimentaire dans le corps  et toujours ce rappeler que le corps n’est pas le poids, le poids étant une caractéristique du corps non significative.

Les soignants s’occupent toujours du corps non du poids, la rééducation se fait pour le corps non pour le poids.