réflexion sur les problèmes de diététique

Soin qui répare ou soin qui libère, faut-il faire un choix?

Partons de nos constats d’échecs dans les soins dits « traditionnels », en regardant aussi de près ce qui nous fascine dans cette science qui réalise sans arrêts des prouesses. Dans de nombreux domaines de la médecine, les progrès sont tels qu’ils viennent chambouler nos représentations et nos perspectives de soins face au corps dit « malade ».

Tels des mécanos de formule 1, dont l’excellente et surtout la minutie de la pratique permet de lancer et réparer des bolides à plus de 300km/h, la médecine et toutes les équipes soignantes réparent et transforment nos corps. Entendons dans ce mot « corps », la matière, la biologie, la chimie, l’organique qui sont compris avec nos modèles physico-chimique. Car sans imagerie médicale une opération peut devenir difficile,…et je vous laisse penser à tous les exemples que vous pouvez trouver.

Dans ce bolide, il y a un pilote, et ce dernier doué d’esprit, de conscience, prend des décisions en permanence pour piloter sa formule 1 comme il l’entend. Il y aura des pilotes dits « casse-cou », quand d’autres seront qualifiés de « prudents ». Certains sont mêmes appelés « fandjo », signifiant un pilote qui prend des risques exagérés. De nombreux profils de pilote existent.

Sur le circuit par sécurité, avant un virage, vous pouvez trouver des panneaux indicateurs de vitesse, pour aborder le mieux possible le virage. En le prenant vers cette vitesse tout se passera pour le mieux. Trop au-dessus le risque est grand, trop en-dessous vous perdez de la vitesse dans le virage. On comprend bien l’incidence de s’éloigner de la norme de vitesse. Mais la qualité d’un pilote est de faire corps avec son bolide, de comprendre les conditions météo et le revêtement pour libérer son intuition.

Le soin qui libère trouve son origine, non pas dans la réparation du bolide, dans l’ajustement du comportement avec la notion de norme. La norme qui peut venir freiner les « fandjo » tout comme rappeler aux « tortues » qu’ils sont trop lents.

Le pilote libéré de ces et ses contraintes permet de rouler de manière différente et plus intuitive. Mais cette libération n’agit nullement sur la mécanique du bolide. Le corps est tel qu’il « est » et la médecine traditionnelle le comprenant mieux permet de l’ajuster, de le réparer, de le rendre moins contraignant tout comme plus performant. Mais comme le vieux scientifique « Q » dans les « james bond », la tendance à une attitude moralisatrice et une mise en garde sont inhérentes aux scientifiques. Le soin qui libère s’oppose à l’attitude moralisatrice des scientifiques mais s’affranchit d’une compréhension de la mécanique du bolide, pouvant conduire à des problèmes de diagnostic différentiel.

Nous sommes face aujourd’hui à deux soins qui ont tendance à être opposé et que l’on oppose, argumentant la supériorité et discriminant l’un vis-à-vis de l’autre. Cette opposition restera une impasse. Les deux soins ont besoin de l’un de l’autre, ils ont besoin de se surveiller, de se compléter et d’être coordonné. Un soin qui néglige l’autre s’expose à des déconvenues dans le temps.

Alors aujourd’hui, complétons nos équipes de soins avec les soins qui libèrent et ceux qui réparent et nous n’oublions pas de respecter la temporalité des soins à mettre en place  sans s’obstiner dans un choix unique de soins.

 

Par défaut
réflexion sur les problèmes de diététique

de la diététique vulgaire au soin diététique

Souvenir d’un extraordinaire cours en philosophie pratique mention éthique médicale et hospitalière avec R. Enthoven et E. Fiat.
« Pas de médecine digne de ce nom sans éthique, pas d’éthique digne de ce nom sans philosophie. Pas de philosophie digne de ce nom sans lecture des grands philosophes » E. Fiat
L’éthique n’est pas une posture, n’est pas un argument de vente. Je reste accablé par la récupération de nombreuses personnes de ce terme confondant l’empathie, la gentillesse et l’éthique.
L’éthique de soin est une réflexion, une épreuve de soi, une réflexion dans le quotidien alliant connaissance scientifique et le bien agir. L’éthique n’est pas une psychologie de comptoir, elle est une réflexion profonde guidée par la lecture des grands philosophes. Elle nous aide à dépasser nos pensées souvent limitées, intuitives et fruit d’une sensibilité.
A mon sens, elle fera du distinguer le bon du mauvais diététicien, de celui qui prend pour posture pour éthique.
Nous allons entrer dans les années à venir dans le « soin diététique »(trop tardivement) distinguant ces pratiques malsaines, facilement récupérées par les coachs, les salle de sport, les magazines, votre voisine tout comme la dernière application à la mode (qui au passage gobe toutes vos données).
Depuis plus de deux ans je milite pour une pratique plus scientifique et éthique, car nombreux de professionnels et civils oublient le sens du soin pour ne pouvoir qu’une perte de poids, comme si c’était le signe du bien agir. Se vanter aujourd’hui de faire perdre du poids est bien le signe d’une profession qui va mal et qui a contaminé la société, les magasines et les clubs de remise en forme.
Le soin diététique ne peut pas être donné par tout le monde, il est prodigué par les personnes ayant étudiés, réussis un diplôme de BTS ou IUT diététique et les nutritionnistes.
Sortons de cette diététique vulgaire pour entrer dans le soin diététique.
Par défaut
sante

La médecine à deux vitesses ou la médecine comme je la désire? Problématique de la médecine de service

Depuis longtemps il y a une critique de fond sur la possibilité et l’accessibilité aux soins dans notre pays. Souvent vue sous l’angle de l’impossibilité d’accès aux soins, certes une réalité relevant des pouvoirs politiques et de santé. Aujourd’hui, j’aimerai interroger cette problématique sous un autre angle. La médecine à deux vitesses est plus problématique quand celle-ci répond aux désirs de santé/soins décidé par le patient plus qu’à un soin de médecine avec éthique.

Pour preuve, le commerce qui se crée en ligne par des sociétés de santé vous vendant des régimes, des rééquilibrages alimentaires et autres idées farfelues à des sommes assez incroyables dont la plupart des entrepreneurs sont des commerciaux et non des médicaux. L’éthique est d’emblée balayée ! Encore ce matin j’ai été contacté par une société qui vend des protocoles de régimes via « l’équilibre alimentaire » à l’international. Il y a bien là une recherche de caution médicale et scientifique mais évoquons le concept de conflit d’intérêt dans cette situation et la réponse vous apparaît de manière immédiate.

Une autre preuve dans la chirurgie bariatrique. L’équipe de soins qui accompagne un patient dans sa demande se voit parfois plus précautionneuse que le patient lui-même et pour la santé et sécurité du patient un place une contre-indication temporaire. Comme bien de fois j’ai entendu « plus que 4 kg à prendre, au point où j’en suis et je me fais opérer ». Le concept de santé devient l’opération que « je désire » plus que le « bon » soin à pratiquer. Le pire est après un refus d’une chirurgie la possibilité de se faire opérer dans d’autres pays est possible, cela commence à devenir fréquent en consultation puisque le problème n’est absolument pas régler.

La France est souvent critiquée sur son retard concernant les prises de décision médicale mais il a rappeler que nous sommes un des pays dont les questions éthiques sont centrales et discutées en permanence. Certains pays s’affranchissent de ces longues discussions dont la plupart du temps personne ne voit l’intérêt dans son propre désir de santé.

Cela continue avec l’apparition des applications connectées où là encore, la responsabilité médicale n’est pas engagée puisque le patient devient autonome dans la gestion de sa maladie. Etrangeté de la situation car l’autonomie serait la possibilité de lire de manière critique l’information reçue par l’application. Obéir sans critique devient une situation hétéronomique où la machine commande l’action à choisir. A l’heure où l’on critique la pratique de certains professionnels de santé payé par une frange de l’industrie pharmaceutique, des personnes sont capables d’acheter des applications connectées sans se poser ces questions. Nous sommes face à un paradoxe total. Je trouve qu’il y a un crédit trop grand apporté à tout ce qui vient d’internet.

Je dresse un triste constat mais je tiens dès aujourd’hui à affirmer ces problématiques qui seront un jour des scandales sanitaires. Nous l’observons déjà dans les chirurgies bariatriques. Je suis inquiet de la médecine de service en création qui sert bien plus les intérêts financiers que le soin ou la santé. Le soin doit être au coeur des discussions et l’éthique la réflexion permanente dans ce soin.

Par défaut
conferences professionnelles, réflexion sur les problèmes de diététique, sante

L’obésité & les TCA humilient la médecine…

Introduction au cours de « troubles du comportement alimentaire et obésité »

Nicolas Sahuc le 5 avril 2016 à Montpellier

« Le cours d’auj. est toujours un moment un peu particulier, voire bizarre. Souvent, il y a peu d’attention en cours, cela fait sourire, on le prend à la « légère », on en rigole, la critique est facile, en argumentant que c’est facile de faire du régime ou encore que c’est un manque de volonté…

Mais soyons clair, l’obésité comme les TCA sont des pathologies qui auj. mettent la science & la médecine en difficulté. Ce sont des maladies qui vont jusqu’à « offenser » le savoir des soignants et je pourrais même aller dire que ces maladies humilient tellement la science que nous répondons auj. à cette humiliation par attaque du corps propre. Le corps va être atteint dans son intégrité par les nouvelles techniques de soins, qui au travers des chirurgies bariatriques va couper ou réduire l’estomac (sleeve) voire shunter la fonction propre du tube digestif par la technique du by-pass.

Ce sont des techniques radicales pour des situations d’urgences dans des conditions précices selon la HAS.

On pourrait penser que cela suffise à ne pas faire perdre la face à la science, à la médecine mais voilà que les études post-chirurgies nous révèlent 25% d’échec, augmentation du risque suicidaire, l’appartiition de troubles alimentaires…

Alors je vous propose d’amorcer une réflexion profonde face au patient touché par un trouble alimentaire par des problèmatiques de poids, d’image du corps…car le verbe, le conseil, la critique seront toujours facile mais rappelons que nous sommes face à notre propre échec, en tant que soignant face à la maladie.

Pour sortir de cette difficulté, il nous sera nécessaire comme pour le patient d’amorcer la rencontre avec le « CORPS ». Ce corps qui n’est pas cette « chose » c’est-à-dire le poids, l’image du corps, constances sanguines du point de vue de la médecine, mais rencontrer le corps dans sa singularité avec son rythme propre du vivant.

Après cette introduction, nous allons discuter des TCA et des personnes en difficultés avec l’alimentation/poids/ic en comprenant les mécanismes qui sous tendent ces problématiques. »

Par défaut
conference publique, conferences professionnelles

A ce jour il reste moins de 30 places !!!!

Pour s’inscrire téléchargez le  Programme définitif

Le congrès s’inscrit dans le cadre d’une semaine internationale pour parler des troubles alimentaires avec les associations @IEDAction@ANEB_Quebec@WorldEDday et @AFDASTCA

Voici le pré-programme de la journée professionnelle (inscription à actnimes@gmail.com) 150 places seulement disponibles.

La journée professionnelle 

9h Accueil en haut du carré au Ciel de Nîmes (restaurant au dernier étage)
9h45-12h
La matinée sera consacrée sur les réseaux sociaux et leurs utilisations par les personnes souffrants de TCA. Mme P. Tubaro @ptubaro de l’équipe Anamia @anamia nous présentera leurs résultats.
Nous discuterons de l’obésité sous 2 angles différents. La première conférence concerne les nouveautés dans l’interaction entre microbiote & l’obésité, présentée par le Pr P. Dechelotte puis Mme V. Nahoum-Grappe nous donnera son point de vue comme anthropologue sur la corps obèse dans la société. 

À partir de 14h, reprise des travaux :
#changement du 21-01-2016  Le Pr Gorwood Président de l’association http://www.anorexieboulimie-afdas.fr nous parlera de l’importance des neurosciences dans les troubles alimentaires. 

Le Dr Nathalie Godart @Nathalie_Godart nous présentera ses derniers travaux concernant les troubles alimentaires.

Le deuxième temps sera réservé à la prévention, Mme Mélanie Guénette @m_guenette l’association ANEB Québec viendra nous présenter l’approche de la prévention dans les TCA au Québec.

Le dernier moment sera un temps pratique (attention au Lycée Daudet). Plusieurs professionnels vont vous présenter une approche ou technique de soins pour l’obésité ou les troubles alimentaires. La thérapie ACT, l’entretien motivationnel, les traitements dans les troubles alimentaires et la remediation cognitive. Les intervenants sont Dr A. Chablis & M. Florian Saffer Dtp pour l’A.C.T., le Dr D. Costa présentera l’E.M., le Pr S. Guillaume pour les traitements et le Dr Millaud Fanélie et Melle Lucille Matos pour la RCT.

Congrès 2016 Nîmes le 5 février à partir de 18h00
Pour le public et les associations

  • 3 conférences autour de l’anthropologie du corps par Mme Nahoum-Grappe, 
  • la prévention chez nos amis canadiens avec Mme Mélanie Guénette de ANEB Québec et 
  • l’interaction microbiote/nutrition par le Pr Dechelotte.

Conférences au Lycée Daudet de Nîmes à partir de 18h. Entrée gratuite. 

Exposition de l’artiste Alice De Miramon @MIRMIR500 auteure de l’affiche.

Les intervenants du congrès

  • Présentation de Mme Paola Tubaro @ptubaro intervenante au congrès qui nous parlera des troubles alimentaires et de la problématique des réseaux sociaux. Elle collabore au groupe Ana-mia avec Antonio Casilli. Trouver sa fiche sur le lien suivant https://paolatubaro.wordpress.com/about/
    #journéeprofessionnelle #congrès2016 #nimes #anorexieboulimie
  • Aujourd’hui nous présentons Mme Véronique Nahoum-Grappe qui interviendra lors de la journée professionnelle mais aussi le soir lors du débat public. Elle nous propose : « La Grâce ou la Graisse: comment les normes sociales pèsent sur l’image de soi? Le point de vue de l’anthropologie. »
  • Présentation du Dr Nathalie Godart @Nathalie_Godart qui viendra nous parler des dernières recherches et résultats concernant la compréhension des troubles alimentaires. Pour en savoir plus sur elle : http://www.franceinter.fr/personne-nathalie-godart
    Elle est personnalité importante de l’association AFDAS-TCA http://www.anorexieboulimie-afdas.fr et oeuvre depuis de nombreuses années à l’amélioration de la qualité des soins. J’étais à ses côtés pour les recommandations HAS concernant l’anorexie mentale http://www.has-sante.fr/…/…/anorexie-mentale-prise-en-charge
  • Même si nous avons des avis différents par la différence de nos obédiences, nos avis sont toujours complémentaires et permettent de mieux comprendre et aider les personnes en difficultés avec le poids ou l’image du corps ou l’alimentation.
    Content qu’il puisse à nouveau être présent pour ce 5ème congrés, aujourd’hui nous présentons Florian Saffer Dtp​ @Psycho_diet Il présentera un atelier avec le Dr Anne Chablis sur la thérapie ACT et les troubles alimentaires.
    http://www.floriansaffer.com
  • Présentation du jour : Melle Mélanie Guénette-robert, responsable du volet éducation et prévention chez ANEB QuébecMélanie Guénette-robert est dîplômée en sexologie (Maîtrise recherche-intervention). Elle est responsable du volet éducation et prévention chez Anorexie et Boulimie Québec (ANEB) depuis 2010. Elle se spéciale dans la sensibilisation et l’éducation liée aux troubles alimentaires ainsi que l’éducation sexologique. Elle coordonne notamment les activités liées à la Semaine nationale de sensibilisation aux troubles alimentaires au Québec.

    Descriptif Anorexie et boulimie Québec (ANEB) :

    Anorexie et boulimie Québec est un organisme à but non lucratif desservant la région du Québec, depuis près de 30 ans. Sa mission est de garantir une aide immédiate, spécialisée et gratuite aux personnes atteintes d’un trouble du comportement alimentaire et à leurs proches.
    ANEB offre du soutien à ces personnes, par le biais de sa ligne d’écoute, ses groupes de soutien ou encore grâce à de l’aide en ligne. L’organisme est également très actif en ce qui concerne la prévention ainsi que la sensibilisation du public à la maladie et ses enjeux.

     

  • Pour en savoir plus sur le Pr Gorwood Philip https://www.canal-u.tv/video/universite_de_tous_les_savoirs/existe_t_il_une_genetique_des_comportements_philip_gorwood.3835 et http://www.anorexieboulimie-afdas.fr/la-recherche/veille-scientifique-tca/282-le-manque-de-motivation-au-changement-dans-l-anorexie-mentale-doit-d-abord-etre-considere-un-symptome-traitable

Congrès 2016 le 5 février à Nîmes journée professionnelle à 9h00, soirée public 18h00

En passant