conferences professionnelles, sante

Conférence sur #troublesalimentaires et #cancer

Plan de la discussion Article d'Alexendre Lacroix Boucle infini du TCA Conclusion

Publicités
Par défaut
réflexion sur les problèmes de diététique

Des rondes en première de couverture des magazines de mode: un bon moyen d’augmenter la clientèle

Nouvelle aberration de la mode, mettre des rondes en première page!

Bonne lecture

Après des années de présence féminine et masculine, maigre et sur-musclée en première page des magazines, on pourrait se réjouir de manière candide de cette avancée.

Quel formidable potentiel d’accroissement du nombre d’achats de magazines que l’on vend sous le fait qu’enfin une ronde est en première page !

En quoi cela n’est pas une avancée mais une stagnation de la place de la femme :

1) C’est encore la mode qui nous impose un modèle de femme :

En effet, c’est encore les têtes soit-disant qui « pAnsent », qui nous proposent une ronde, sous l’argument qu’elle correspond à la réalité du corps féminin de nos sociétés. Cette imagination de la réalité me semble elle-même tronquée.

Le rapport au corps et à l’image corporelle est très altéré dans nos sociétés (il devient l’un des soins thérapeutiques majeurs dans le traitement du trouble alimentaire). Cette non-acceptation de l’image corporelle provoque des comportements alimentaires pathologiques pour transformer la vision du corps. Les régimes fantasques, appuyés par des professionnels et une industrie galopante encore plus obsessionnels du corps que les patients eux-mêmes, contribuent à l’épidémie de l’obésité.

Il n’y a pas une obésité mais diverses formes d’obésité. L’Organisation Mondiale de la Santé nous propose un état de la situation d’excédent de poids, via la mesure de l’IMC et/ou du périmètre ombilical. A aucun moment, les comportements alimentaires sont évalués et voilà la principale erreur qui conduit aux échecs et à l’accroissement de l’obésité. La médecine et la prévention seront-elles le reconnaître?

Partant de l’idée des magazines, d’en finir avec « ces 3 kilos qui vous font défaut », nombreux sont les personnes qui finissent avec +10kg avant la sortie du prochain magazine concernant le régime de l’été.

Ce qui plongent ces personnes d’état préoccupé par l’excédent de  poids à un état d’occupé par l’excédent de poids.

Quel leurre, dès ce moment, de croire que de perdre ces 3kg va vous alléger la conscience et le poids physique! Par la prise de conscience  de cette règle amorale infligée par la  société, l’état de préoccupation sera permanent et définitif sans traitement spécifique. (lire l’article sur le mythe de Midas)

« L’idée de mettre en place une alimentation équilibrée pour manger mieux cache le mensonge de la préoccupation de l’excédent de poids »

2) Si ces rondes rêvent toujours de manière secrète de devenir mince, cela pose encore problème :

Le pseudo régime yoyo (qui n’est que sur la balance) démontre uniquement l’attitude d’une personne préoccupée ou occupée de manière permanente par le  poids. Le régime yoyo n’existe pas, il exprime seulement le fait que la vie de la personne est régie par la problématique du poids/image corporelle, soit par le fait de le contrôler, soit par le fait de ne plus arriver à le contrôler.

Malheureusement, la personne mince va basculer dans le surpoids et, dans des situations plus tragiques, dans l’obésité. Dès lors, les troubles alimentaires prennent nid dans ce mécanisme, cachés dans l’ombre, ils trouvent leur place pour s’exprimer.

Montrer une femme ronde, c’est prendre le risque d’afficher une personne qui a des problématiques avec son image corporelle, son rapport à l’alimentation et son poids. Elle ne sera pas star au même titre que ces mannequins minces.

Quand on réfléchit à star, la traduction nous propose de retrouver le mot « étoile ». Si l’étoile qui brille nous aide à nous diriger dans la vie comme le fait l’étoile du Nord, il me semble que cette étoile doit être saine.

3) Pouvoir de contestation

Le vrai mouvement de contestation qu’il nous reste est le pouvoir d’acheter ou non ces magazines à la période des régimes de l’été, une ronde en première de couverture n’y changeant rien !

Ce seul pouvoir marquerait de façon certaine les esprits.

Conclusion

Nous proposer des filles qui vivent leur féminité, dans un corps incarné, vivant, vibrant, mince ou ronde ou autres serait une vraie avancée. Le fait d’accepter son genre, son corps, sa chair, ses émotions fait que l’on rayonne de manière différente et que l’on adopte des comportements non pathologiques.

Merci de votre lecture.

Par défaut

Weight control

réflexion sur les problèmes de diététique

why « eat » stay a problem

Image

Manger problème.001

réflexion sur les problèmes de diététique

Pourquoi « manger » reste problématique

Image
conference publique

Concours photo pour le congrès

A l’occasion du congrès 2013, l’association propose un concours photo sur le thème « balance mon ennemie »

Autour de ce thème, nous pouvons entendre plusieurs vairations: « balancer son ennemie », « la balance comme ennemie »… Je vous laisse maître de votre imagination.

Les photos seront affichées pendant le congrès et seront soumis au vote d’un cortège du publique, dont le président de l’association, de professionnels de l’art et de la photo et de professionnels de santé.

Le format des photos: illimité

La date limite de dépôts des photos est le: 10 avril

Le prix: réalisations de flyer de prévention des troubles alimentaires et affiche du prochain congrès.

Par défaut

Voici un nouveau néologisme que j’ai créé, après l’assietologie, qui exprime simplement les mécanismes de contrôle du poids dans une dimension pathologique.
La#neoregimepathie correspond à la mise en place du dernier régime à la mode pour contrôler son poids. L’ancien régime a une durée de vie identique au temps passé à la une des tabloïdes.
Ce besoin qui apparaît principalement lorsque les premiers maillots de bain de la mode apparaissent sur les magazines. L’été s’approche et les angoisses des kilos pris durant l’hiver (car il est #autorisé de manger plus l’hiver car il fait froid, voilà encore un exemple de type d’#alimentationintellectualisee) crée le besoin de mettre en œuvre un régime. Comme le dernier fut abandonné, un nouveau régime doit relancer la motivation.
Et voici un cercle vicieux qui se met en place rythmé par l’obsolescence du régime de l’été dernier remplacé par le nouveau régime (#neoregime).
Derrière cette attitude une vraie souffrance peut exister. La difficulté du rapport au corps mesuré par une balance ou un jugement de son image corporelle.
Peut être que cela symbolise le seul fait que l’individu mange de manière automatique plutôt que consciente. Manger, cet acte ordinaire (#Sartre) automatique dans lequel tout est fade, demande une conscience et donc une définition de manger pour soi pour sortir de la symbolique du contrôle du poids et/ou image corporelle.