sante

By-pass, Sleeve, les chirurgies de l’obésité, « ce n’est pas une technique de perte de poids » !

Dans le cadre d’une prochaine émission @TUHofficiel sur la chirurgie bariatrique, voici mon avis :

« Il est nécessaire de rappeler les conditions de ses opérations, elles sont réalisées dans des situations très spécifiques, non pas pour perdre de poids mais parce que la perte de poids n’est plus possible par une approche classique. L’état de santé est tel, qu’il y a urgence de modifier le statut du patient et cela est réalisé aujourd’hui par une opération bariatrique.
Alors il n’y a pas d’attente sur le poids à perdre mais une amélioration de la santé, principalement sur les comorbidités (HTA, diabète,…).
Les opérations entraînent toutes une modification profonde de l’alimentation aussi bien dans la texture des plats que dans le fractionnement des repas. En effet, après l’opération, les 3 repas ne peuvent plus être assurés obligeant ainsi le patient opéré de fractionner ses prises alimentaires, jusqu’à 5 à 8 prises selon le cas.
Dans les premiers jours l’alimentation sera en texture modifiée, soit mixée ou moulinée puis rapidement, il sera demandé de retrouver une texture normale.
Dans l’immédiat, les comorbidités sont diminuées, permettant ainsi de mettre le sujet en sécurité vis-à-vis de l’état de santé d’urgence. La diminution de la prise alimentaire conduit à un état de dénutrition et non pas une perte de poids.
Dans 25% des cas, après 2 ans, les patients atteignent un poids stable et dans certains cas reprennent du poids, mettant à nouveau leur santé en danger.
En conclusion
L’opération est une action d’urgence face à une situation « d’urgence de santé ». Elle ne peut donc être considérée comme une technique préventive de la santé et donc doit être exclue de l’idée d’un contrôle du poids. Elle n’est pas  une solution efficace concernant la perte de poids puisque 25% des patients sont en échec à 2 ans.
Elle doit être encadrée par une équipe de soins spécialisés pratiquant la médecine avec éthique et professionnalisme et demande une démarche active de changement du patient.« 
Publicités
Par défaut
conference publique, conferences professionnelles

A ce jour il reste moins de 30 places !!!!

Pour s’inscrire téléchargez le  Programme définitif

Le congrès s’inscrit dans le cadre d’une semaine internationale pour parler des troubles alimentaires avec les associations @IEDAction@ANEB_Quebec@WorldEDday et @AFDASTCA

Voici le pré-programme de la journée professionnelle (inscription à actnimes@gmail.com) 150 places seulement disponibles.

La journée professionnelle 

9h Accueil en haut du carré au Ciel de Nîmes (restaurant au dernier étage)
9h45-12h
La matinée sera consacrée sur les réseaux sociaux et leurs utilisations par les personnes souffrants de TCA. Mme P. Tubaro @ptubaro de l’équipe Anamia @anamia nous présentera leurs résultats.
Nous discuterons de l’obésité sous 2 angles différents. La première conférence concerne les nouveautés dans l’interaction entre microbiote & l’obésité, présentée par le Pr P. Dechelotte puis Mme V. Nahoum-Grappe nous donnera son point de vue comme anthropologue sur la corps obèse dans la société. 

À partir de 14h, reprise des travaux :
#changement du 21-01-2016  Le Pr Gorwood Président de l’association http://www.anorexieboulimie-afdas.fr nous parlera de l’importance des neurosciences dans les troubles alimentaires. 

Le Dr Nathalie Godart @Nathalie_Godart nous présentera ses derniers travaux concernant les troubles alimentaires.

Le deuxième temps sera réservé à la prévention, Mme Mélanie Guénette @m_guenette l’association ANEB Québec viendra nous présenter l’approche de la prévention dans les TCA au Québec.

Le dernier moment sera un temps pratique (attention au Lycée Daudet). Plusieurs professionnels vont vous présenter une approche ou technique de soins pour l’obésité ou les troubles alimentaires. La thérapie ACT, l’entretien motivationnel, les traitements dans les troubles alimentaires et la remediation cognitive. Les intervenants sont Dr A. Chablis & M. Florian Saffer Dtp pour l’A.C.T., le Dr D. Costa présentera l’E.M., le Pr S. Guillaume pour les traitements et le Dr Millaud Fanélie et Melle Lucille Matos pour la RCT.

Congrès 2016 Nîmes le 5 février à partir de 18h00
Pour le public et les associations

  • 3 conférences autour de l’anthropologie du corps par Mme Nahoum-Grappe, 
  • la prévention chez nos amis canadiens avec Mme Mélanie Guénette de ANEB Québec et 
  • l’interaction microbiote/nutrition par le Pr Dechelotte.

Conférences au Lycée Daudet de Nîmes à partir de 18h. Entrée gratuite. 

Exposition de l’artiste Alice De Miramon @MIRMIR500 auteure de l’affiche.

Les intervenants du congrès

  • Présentation de Mme Paola Tubaro @ptubaro intervenante au congrès qui nous parlera des troubles alimentaires et de la problématique des réseaux sociaux. Elle collabore au groupe Ana-mia avec Antonio Casilli. Trouver sa fiche sur le lien suivant https://paolatubaro.wordpress.com/about/
    #journéeprofessionnelle #congrès2016 #nimes #anorexieboulimie
  • Aujourd’hui nous présentons Mme Véronique Nahoum-Grappe qui interviendra lors de la journée professionnelle mais aussi le soir lors du débat public. Elle nous propose : « La Grâce ou la Graisse: comment les normes sociales pèsent sur l’image de soi? Le point de vue de l’anthropologie. »
  • Présentation du Dr Nathalie Godart @Nathalie_Godart qui viendra nous parler des dernières recherches et résultats concernant la compréhension des troubles alimentaires. Pour en savoir plus sur elle : http://www.franceinter.fr/personne-nathalie-godart
    Elle est personnalité importante de l’association AFDAS-TCA http://www.anorexieboulimie-afdas.fr et oeuvre depuis de nombreuses années à l’amélioration de la qualité des soins. J’étais à ses côtés pour les recommandations HAS concernant l’anorexie mentale http://www.has-sante.fr/…/…/anorexie-mentale-prise-en-charge
  • Même si nous avons des avis différents par la différence de nos obédiences, nos avis sont toujours complémentaires et permettent de mieux comprendre et aider les personnes en difficultés avec le poids ou l’image du corps ou l’alimentation.
    Content qu’il puisse à nouveau être présent pour ce 5ème congrés, aujourd’hui nous présentons Florian Saffer Dtp​ @Psycho_diet Il présentera un atelier avec le Dr Anne Chablis sur la thérapie ACT et les troubles alimentaires.
    http://www.floriansaffer.com
  • Présentation du jour : Melle Mélanie Guénette-robert, responsable du volet éducation et prévention chez ANEB QuébecMélanie Guénette-robert est dîplômée en sexologie (Maîtrise recherche-intervention). Elle est responsable du volet éducation et prévention chez Anorexie et Boulimie Québec (ANEB) depuis 2010. Elle se spéciale dans la sensibilisation et l’éducation liée aux troubles alimentaires ainsi que l’éducation sexologique. Elle coordonne notamment les activités liées à la Semaine nationale de sensibilisation aux troubles alimentaires au Québec.

    Descriptif Anorexie et boulimie Québec (ANEB) :

    Anorexie et boulimie Québec est un organisme à but non lucratif desservant la région du Québec, depuis près de 30 ans. Sa mission est de garantir une aide immédiate, spécialisée et gratuite aux personnes atteintes d’un trouble du comportement alimentaire et à leurs proches.
    ANEB offre du soutien à ces personnes, par le biais de sa ligne d’écoute, ses groupes de soutien ou encore grâce à de l’aide en ligne. L’organisme est également très actif en ce qui concerne la prévention ainsi que la sensibilisation du public à la maladie et ses enjeux.

     

  • Pour en savoir plus sur le Pr Gorwood Philip https://www.canal-u.tv/video/universite_de_tous_les_savoirs/existe_t_il_une_genetique_des_comportements_philip_gorwood.3835 et http://www.anorexieboulimie-afdas.fr/la-recherche/veille-scientifique-tca/282-le-manque-de-motivation-au-changement-dans-l-anorexie-mentale-doit-d-abord-etre-considere-un-symptome-traitable

Congrès 2016 le 5 février à Nîmes journée professionnelle à 9h00, soirée public 18h00

En passant
sante

La perte de poids, un dialogue de sourd; Par où commencer intérieur ou extérieur ?

En travaillant ce soir sur mes prochaines conférences à la fac de médecine de Montpellier, sur la formation des internes vis-à-vis des problèmes de poids des adolescents, j’ai observé une incompréhension entre le monde des professionnels et de ceux qui souffrent d’un problème de poids.

Cet article est basé sur les résultats de « PROJECT EAT » étude longitudinale de 5 ans concernant 4500 adolescents (fille et garçon) dont l’objectif était de comprendre les attitudes alimentaires, d’activité physique et de gestion du poids.

Je vous demande d’imaginer une boîte aux contours définis. Nous pouvons dire qu’il existe une séparation entre le « dedans » et le « dehors ». Appliqué à l’homme, la peau sert de séparation et protection du contenu vis-à-vis de l’extérieur.

Dans le contenu, nous retrouvons des organes et un système qui fonctionne dépendant des apports alimentaires, qui fournissent les nutriments, vitamines et minéraux pour fonctionner. La science de la nutrition et de la diététique est basée sur ces relations entre alimentation/besoins du corps pour fonctionner. Dans cette approche, nous allons regarder des paramètres biologiques, par exemple sanguin, pour ajuster les apports alimentaires et garantir une bonne santé de l’individu. Un excès de graisses conduit à une augmentation du cholestérol et des triglycérides et donc la mesure santé est d’apporter plus de fibres alimentaires, de réduire les apports en graisses et développer une activité physique modérée à faible fréquence cardiaque.

C’est en cela que les conseils alimentaires sont importants pour garantir l’équilibre du système interne et prévenir les pathologies par carences ou excès.

Si nous regardons de plus près les « problèmes de poids », le panel de sujet concerné peut avoir un IMC allant de l’état de dénutrition jusqu’aux divers états d’obésité. Ce qui premièrement définit que le poids ne peut être considéré comme facteur unique d’état de santé . Le poids est de l’ordre de l’extérieur, car il est un chiffre sur balance qui est vu et qui mesure le contenu (l’intérieur). Le problème de poids est doublement associé à l’extérieur, toujours par la vue, l’image du corps; qui est une réprésentation définie du contenu.

C’est en ces points que le dialogue de sourd peut s’installer. C’est-à-dire, un individu vient-il dans une demande de perte de poids ou dans une recherche de gestion du contenu, de l’extérieur et/ou des deux.

Il est à noter, « une faible image de soi ne sert comme motivation dans le changements des attitudes alimentaires, mais elle peut prédire des attitudes négatives et de mises en danger de l’individu dans sa gestion de poids ».

Cela fonctionne comme une courbe de Gauss, si la personne est peu stressée par la représentation de son image corporelle alors il y aura de forte chance d’observer aucun changements des attitudes alimentaires et d’une pratique d’activité physique. Si la personne est stressée vis-à-vis de la représentation de son image corporelle,  deux types d’attitudes peuvent se mettre en place: soit  une incapacité à changer, du fait de la vision du corps (la relation entre des changements alimentaires que cela nécessitent et de pratique sportive et la perte de poids), soit les individus engagent des comportements alimentaires inadaptés et risqués pour la santé, (comme les régimes très restrictifs) dans une tentative d’espoir de perte de poids (côté très radical).

En définitive, lors de la consultation chez le spécialiste en alimentation, l’objectif doit être ajusté. Il est nécessaire, et d’autant plus dans les situations de comportements alimentaires « désespérés », de s’occuper de l’intérieur: rectifier la glycémie et un apport énergétique suffisant. En effet, cela diminue le temps passé à penser à la nourriture, à la relation nourriture/poids, les risques de compulsions alimentaires de type craving, avant les repas, après les repas.

Une fois stabilisé, on peut s’occuper des problèmes de relationnelles à l’extérieur: la vision du corps.

Par défaut