« l’animal dans la cité »

Extrait de mémoire M2 éthique médicale et hospitalière « l’acte alimentaire en quoi peut il être un acte vertueux? » – Nicolas Sahuc 25 mai 2014

 » Il me semble que notre part de nature peut produire un acte juste, au sens de la nécessité; manger quand j’ai faim et m’arrêter de manger quand je ressens le rassasiement. Dès lors, les besoins seront couverts par cette prise alimentaire énergétique. Mais nous devons questionner aussi du contexte de cette prise alimentaire.

Ce retour à la nature, au sens de l’instinct, est-il encore possible alors que l’homme n’est plus dans une nature, il n’est plus un « animal dans la nature » mais un « animal dans la cité. » La nature est plus souvent dans une économie de marché, le positionnant dans une dépendance à cette économie. La part de notre rationalité est une condition nécessaire pour des choix alimentaires et donc indissociable de l’acte alimentaire car ce dernier, l’homme placée dans cette nature pourrait être bernée car pauvre en instinct. Rappelons-nous du film Into the wild lorsque l’homme est piégé par une confusion entre deux plantes, qui consommée lui sera fatale. Son système naturel ne lui a pas permis de faire cette distinction. Ce tragique démontre, ainsi que de nombreux écrits philosophiques, sur la supériorité des animaux dans leurs instincts à pouvoir refuser un aliment qu’ils ne sentent pas. »

 

A poursuivre…

2 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s