Au service de la diététique !

Extrait de la conférence du 19 mai 2013:

Partie B-1 « Quand le sain devient malsain »
« lorsque nous prenons conscience d’une règle, une sorte de poison nous est inoculé, après quoi nous ne pouvons plus l’enfreindre sans même nous en rendre compte » Alexandre Lacroix, Philosophie magasine, Mai 2013, p.3

La culpabilité peut être transmise lors d’une consultation, d’une conférence sur la nutrition ou par les règles de « bien-manger ». En effet, cette information transmise, va être lue avec un biais cognitif et qui en parallèle sera transmise de manière simple et accessible. C’est peut être dans cette notion d’accessibilité, que l’on perd l’essence de l’information.

Concernant les messages publicitaires, les bandeaux sous les images nous renvoient au paradoxe de consommer avec culpabilité. Tous les aliments sont égaux sous cette information les soit disant « bons » et les « mauvais ». Il y a la une sorte de fusion entre le message et l’aspect culpabilité.

La plupart de ces messages sont construits par des « NE … PAS » et la répétition des « Ne…Pas » vont conduire à faire fléchir, à courber la droiture de l’Homme. Ainsi, l’Homme se trouve comme à genoux devant le sain/saint diététique dans lequel il devient serviteur: « L’Homme devient au service de la diététique »

Ces serviteurs vont appliquer à la règle, les lois dictées par le « saint diététique » et les transmettre à l’entourage. La diffusion de ces règles créent un régime totalitaire où seule les lois diététique font foi. La pensée est donc unique.

Une de mes hypothèses pour expliquer un certain type d’obésité chez l’enfant: le phénomène de réactance, comme une lutte organisée contre ce régime totalitaire. Qui pousse l’individu à fonctionner (manger) en cachette par peur d’être vu.

Il y a sanction lorsqu’une loi diététique est enfreint par l’enfant. Le comportement alimentaire glisse de spontané à réglé par la transmission de la règle qui fait que la culpabilité existera à chaque prise alimentaire.
Les règles enferment et immobilisent l’individu le conduisant à vouloir s’échapper de cette prison qui est que le siège de la souffrance. (…)

Partie B-2 « La lutte organisée »
(…)

Partie B-3 « La vertue Aristotélicienne »
(…)

Conclusion:
« La diététique à notre service et non nous au service de la diététique »

3 commentaires

  1. Merci, c’est tellement vrai. Je croise des gens qui trouvent des bénéfices dans leur servitude à des diktats diététiques, de bien être, et en faisant ainsi, ils alimentent leurs pulsions morbides.

    Répondre

  2. à lire Michel LACROIX « Paroles toxiques, paroles bienfaisantes »…Ce livre va dans le même sens que votre réflexion. Et bravo et merci!

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s