Des rondes en première de couverture des magazines de mode: un bon moyen d’augmenter la clientèle

Nouvelle aberration de la mode, mettre des rondes en première page!

Bonne lecture

Après des années de présence féminine et masculine, maigre et sur-musclée en première page des magazines, on pourrait se réjouir de manière candide de cette avancée.

Quel formidable potentiel d’accroissement du nombre d’achats de magazines que l’on vend sous le fait qu’enfin une ronde est en première page !

En quoi cela n’est pas une avancée mais une stagnation de la place de la femme :

1) C’est encore la mode qui nous impose un modèle de femme :

En effet, c’est encore les têtes soit-disant qui « pAnsent », qui nous proposent une ronde, sous l’argument qu’elle correspond à la réalité du corps féminin de nos sociétés. Cette imagination de la réalité me semble elle-même tronquée.

Le rapport au corps et à l’image corporelle est très altéré dans nos sociétés (il devient l’un des soins thérapeutiques majeurs dans le traitement du trouble alimentaire). Cette non-acceptation de l’image corporelle provoque des comportements alimentaires pathologiques pour transformer la vision du corps. Les régimes fantasques, appuyés par des professionnels et une industrie galopante encore plus obsessionnels du corps que les patients eux-mêmes, contribuent à l’épidémie de l’obésité.

Il n’y a pas une obésité mais diverses formes d’obésité. L’Organisation Mondiale de la Santé nous propose un état de la situation d’excédent de poids, via la mesure de l’IMC et/ou du périmètre ombilical. A aucun moment, les comportements alimentaires sont évalués et voilà la principale erreur qui conduit aux échecs et à l’accroissement de l’obésité. La médecine et la prévention seront-elles le reconnaître?

Partant de l’idée des magazines, d’en finir avec « ces 3 kilos qui vous font défaut », nombreux sont les personnes qui finissent avec +10kg avant la sortie du prochain magazine concernant le régime de l’été.

Ce qui plongent ces personnes d’état préoccupé par l’excédent de  poids à un état d’occupé par l’excédent de poids.

Quel leurre, dès ce moment, de croire que de perdre ces 3kg va vous alléger la conscience et le poids physique! Par la prise de conscience  de cette règle amorale infligée par la  société, l’état de préoccupation sera permanent et définitif sans traitement spécifique. (lire l’article sur le mythe de Midas)

« L’idée de mettre en place une alimentation équilibrée pour manger mieux cache le mensonge de la préoccupation de l’excédent de poids »

2) Si ces rondes rêvent toujours de manière secrète de devenir mince, cela pose encore problème :

Le pseudo régime yoyo (qui n’est que sur la balance) démontre uniquement l’attitude d’une personne préoccupée ou occupée de manière permanente par le  poids. Le régime yoyo n’existe pas, il exprime seulement le fait que la vie de la personne est régie par la problématique du poids/image corporelle, soit par le fait de le contrôler, soit par le fait de ne plus arriver à le contrôler.

Malheureusement, la personne mince va basculer dans le surpoids et, dans des situations plus tragiques, dans l’obésité. Dès lors, les troubles alimentaires prennent nid dans ce mécanisme, cachés dans l’ombre, ils trouvent leur place pour s’exprimer.

Montrer une femme ronde, c’est prendre le risque d’afficher une personne qui a des problématiques avec son image corporelle, son rapport à l’alimentation et son poids. Elle ne sera pas star au même titre que ces mannequins minces.

Quand on réfléchit à star, la traduction nous propose de retrouver le mot « étoile ». Si l’étoile qui brille nous aide à nous diriger dans la vie comme le fait l’étoile du Nord, il me semble que cette étoile doit être saine.

3) Pouvoir de contestation

Le vrai mouvement de contestation qu’il nous reste est le pouvoir d’acheter ou non ces magazines à la période des régimes de l’été, une ronde en première de couverture n’y changeant rien !

Ce seul pouvoir marquerait de façon certaine les esprits.

Conclusion

Nous proposer des filles qui vivent leur féminité, dans un corps incarné, vivant, vibrant, mince ou ronde ou autres serait une vraie avancée. Le fait d’accepter son genre, son corps, sa chair, ses émotions fait que l’on rayonne de manière différente et que l’on adopte des comportements non pathologiques.

Merci de votre lecture.

Un commentaire

  1. Je pourrais écrire un livre dessus. J’en ai marre de toutes les  »role models ». Cela a existé depuis toujours il n’y a que le  »type d’idole » qui change. J’ai l’impression de jamais pouvoir complètement sortir de certaines peur liées à tout ceci (entre autre). Mais peut-être faut-il seulement savoir gérer l’impact de ceci sur soi-même sans réellement se détacher de cette irréalité.

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s