Des conseils simples pour arrêter d’être néfaste

20121127-020158.jpg

About these ads

2 commentaires

  1. Ah, mince, malgré toute la bienveillance dont ont fait preuve mes parents depuis que je suis petite, force est de constater qu’ils ont commis à peu près toutes ces erreurs…
    Face à une gamine de 10 ans qui prend du poids, leur réponse aura été de faire des repas différents pour moi et de m’envoyer chez un diététicien et une nutritionniste. A 10 ans. Pleine de complexes et face à des professionnels absolument pas aptes à gérer les enfants, réduite à passer les consultations debout en sous vêtements, et m’entendre dire, à 10 ans, j’insiste, qu’il fallait que je mange de la salade avec du jus de citron pour seul accompagnement et que je « me bouge ».
    Oui sauf que bouger un corps gros, c’est pas franchement pareil que bouger un corps « en forme ».
    « La natation c’est excellent pour maigrir et oublier ses complexes ! » Oui, certainement, mais pour oublier ses complexes encore faut il passer par la phase « exposons nos complexes en maillot de bain ».

    Maigrir ça n’est pas juste « manger moins », et ça tous les professionnels de la santé que j’ai rencontrés ont tendance à l’oublier ….

    Ca va de la diététicienne que j’ai appelée il y a quelques mois dont la première question, au téléphone, a été « vous avez combien de kilos à perdre ? », à la « medecin » du travail qui, à l’annonce de mon poids, me demande « j’imagine que vous avez déjà essayé de maigrir », en passant par le médecin généraliste qui me dit que si j’ai mal à la cheville, c’est parce que je suis trop grosse, alors même que cette cheville a subit une dizaine d’entorses….

    Depuis peu et face au cout des consultations avec des psy spécialisés dans les troubles alimentaires, je change de stratégie. Finis les régimes qui durent une semaine, finis les aliments interdits. Je pars en guerre contre mes propres troubles, avec l’idée de les réduire, et d’arriver petit à petit à trouver une silhouette qui me fera oublier toutes ces pulsions et toutes ces crises d’hyperphagie…

    Je suis contente d’être tombée sur ce blog et de voir que certains practitients prennent en compte l’aspect psycologique des troubles alimentaires.
    Bonne continuation

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s