18 octobre à Avignon, conférence débat sur le sport: abstract

Si l’espoir fait vivre alors il fait vivre mal (#Andrécomtespontville), car il positionne l’individu dans un mécanisme où la déception ne peut être que soulager par un nouvel espoir, remplacé immédiatement par une nouvelle déception. L’axe central de ce mécanisme est la souffrance et le rapport à la « fin de vie ».

Or tout se joue à l’instant présent. La vie est spontanéité et non enfermement. Toute la différence entre les notions de contrôle et de maîtrise. Le contrôle sera lié à une notion de peur sur l’avenir lié à une souffrance. Quant à la maîtrise elle nous offre une qualité de vie par l’écoute de « soi ».
Mais dans cette « administration de le peur » (#Virillio) sur la notion de santé, génère des effets délétères.

En effet, l’individu, recevant cette administration de la peur sur le bien vieillir, en bonne santé, en bien mangeant…, induit soit un comportement d’opposition connu sous le nom de « réactance » ou un comportement de « restriction ».
La réactance exprime le fait que l’individu est libre de faire ses choix (#Spinoza). Par l’ injonction au changement, l’individu s’oppose de manière immédiate car il se sent privé de sa liberté de choisir, même si il sait que c’est mieux pour lui.

Quant à La restriction, elle s’opposé à la flexibilité dans laquelle la spontanéité de la vie sera remplacée par l’anxiété. Dans les troubles alimentaires, on nomme ces pathologies: « restriction cognitive » et « orthorexie » qui amène l’individu à tout contrôler sur la nourriture. L’activité physique va devenir un moyen supplémentaire pour se garantir une santé. Les limites seront dépassées et le sport deviendra une obligation, le « bouffer sport » (#nicolassahuc).

En conclusion, le changement est découpé en plusieurs phases (#Prochaska&Dicelmente) et demande une nouvelle approche des professionnels pour amorcer ou aider au changement.
Rappelons que l’étymologie de « diététique » est « diæta » signifiant « art de vivre ». Cela nous demande de nous définir en tant qu’Être au monde et nos valeurs de vie. Proche de celles-ci et de l’acceptation, la peur, les regrets et la culpabilité s’éloignent.
Une bonne santé physique passe d’abord par une bonne santé mentale.
« ACT on LIFE, not on Weight » (#nicolassahuc)

2 commentaires

  1. Je pense que si. Pour autant chaque intervenant parle 10min puis débat. Aujourd’hui la conférence au carré d’art est accessible à tous. Mon intervention sera à 17h sur la notion de « qu’est-ce qu’un comportement adapté? »

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s